Lormont, la cité éducative

A Lormont, sur la rive droite de la métropole bordelaise, près de 11 000 des 24 000 habitants vivent en quartiers prioritaires. La question éducative est alors au cœur du projet de ville et se pense depuis longtemps déjà en réseau autour des 16 écoles et 2 collèges tous classés REP+, des 3 lycées et de toutes les structures petite enfance.

Dès leur création, Lormont a immédiatement manifesté sa volonté de faire partie des 80 Cités éducatives françaises : un label permettant de reconnaitre le travail collectif de la communauté éducative déjà antérieur, mais surtout un dispositif pour le renforcer, l’approfondir et lui donner les moyens de poursuivre ses intentions en devenant un véritable « espace de créativité et d’initiatives » en matière éducative, à la hauteur des besoins et des potentialités de la population.

La cité éducative lormontaise a développé un projet particulièrement axé sur la parentalité pour que, dès l’accueil du nouveau-né, chaque parent soit en mesure d’accompagner son enfant à grandir et s’épanouir dans la ville, et qu'il puisse ensuite s’investir dans son cheminement scolaire et citoyen. Le second enjeu fort est ensuite celui de la participation des jeunes et de leur orientation vers des parcours dont ils sont acteurs et des orientations choisies.

La cité éducative déploie alors un ensemble d’actions amplifiant les propositions existantes du territoire ou totalement novatrices, destinées aux enfants, adolescents et leurs familles. Par exemple, des formations contextualisées de parents permettent de travailler avec un public allophone à la fois sur l’apprentissage de la langue, les codes de l’école et les supports numériques nécessaires au suivi de la scolarité de l’enfant ; une expérimentation est prévue via l’ouverture d’une structure préscolaire ; et le déploiement d’un FabLab itinérant entre la médiathèque et les établissements scolaires est en cours pour favoriser l’apprentissage via des supports différenciés et mobiliser les publics les plus éloignés vers une infrastructure culturelle de la ville.

Septembre 2020 sera une rentrée forte pour la "Cité éducative lormontaise", avec le lancement de plusieurs nouvelles actions qui ont été différées par la situation sanitaire, mais aussi et surtout l’accélération d’un travail en réseau pour poursuivre la construction d’un paysage socio-éducatif toujours plus adapté aux besoins des Lormontais. 

 

 

 

 

Interview de Chloé Esteve, Cheffe de projet Cité Éducative à Lormont

1) Pourriez-vous nous décrire les actions réalisées ou en cours dans le cadre de ce projet ?

Plusieurs actions, parce qu’elles s’inscrivent sur une expérience déjà acquise sur le territoire, sont déjà en cours : 

  • La création d’une Mission Parentalité au sein de la ville permet de coordonner des actions de formation de parents. Il s’agit d’accueillir les parents éloignés de la maîtrise de la langue ou des codes scolaires pour travailler avec eux, de façon contextualisée, sur la découverte des outils de l’école afin qu’ils puissent être actifs dans l’accompagnement de la scolarité de leurs enfants. De même, pour participer à la construction d'un lien Ecole-Parents positif, le recours à l’interprétariat voire à des médiations interculturelles est possible pour les équipes pédagogiques.
  • Une autre action consiste à favoriser le bon déroulement des inclusions scolaires prévues pour des enfants en situation de handicap via le recrutement de personnels supplémentaires lors de la pause méridienne pour poursuivre la qualité d’accueil proposée durant le temps scolaire par les AVS.
  • Comment aménager l’espace et le temps pour contenir et guider les déchargements émotionnels des enfants qui vivent le collectif toute la journée ? Comment les accompagner dans une expression positive de leurs émotions ? Face à ces problématiques, nous avons mis en place, depuis 2019, des formations destinées aux personnels intervenants dans les écoles (agents et animateurs). Cette action se poursuit avec pour objectif l'apaisement de la vie collective et l'amélioration des relations entre pairs et entre adultes et enfants. C’est une sensibilisation, par l’Infirmerie à Emotions à la gestion des débordements émotionnels des enfants.
  • D’autres actions de la Cité éducative sont très étroitement construites avec l’Education Nationale et les REP : ainsi des actions d’Ecole Ouverte, de dotations des établissements en ouvrages multilingues et de formation à leur usage, de participation de classes à des programmes de médiation culturelle sont en cours.

2) Quelles sont les actions à venir pour la rentrée? 

Les enjeux de la rentrée sont multiples : 

  • Certaines actions préexistaient et vont se voir amplifiées dans leurs capacités d’accueil et leur approche grâce à la Cité Educative : nous prévoyons par exemple l’ouverture de nouveaux Lieux d'Accueil Parents Enfants pour couvrir tous les Quartiers Politiques de la Ville en espaces de proximité dédiés à l’accueil, la rencontre et les premiers accompagnements des jeunes parents. De même, l’action du Projet de Réussite Educative, destinée à l’accompagnement de parcours très individualisés, va être étendue par des actions en temps atypiques et une attention accrue pour les plus de 16 ans sortant du dispositif. 
  • D’autre part, de nouveaux projets sont définis mais encore en cours de construction : nous projetons par exemple l’ouverture d’une structure expérimentale préscolaire pour travailler avec enfants et parents les préalables à l’entrée en maternelle (rythmes de vie, séparation, culture et langue etc. )
  • Enfin, cette rentrée sera marquée par l’épisode sanitaire du Covid. La Cité éducative a décidé d’investir dans un parc de tablettes numériques destinées au prêt aux familles : ce sont les mêmes que celles utilisées dans les écoles. Un projet global est en réflexion autour de ce matériel pour qu’il soit support à la continuité éducative, à la différenciation pédagogique, et à la formation des familles à l’usage du numérique.

3) Avez-vous des retours sur les actions menées, de la part des familles ou des enfants ? Comment sont-elles accueillies?

Nous n’avons pas encore formellement interrogé la population ; et nous avons d’ailleurs fait le choix d’une évaluation spécifique pour cette Cité Educative : nous serons accompagnés d’un laboratoire de recherche en sciences humaines qui sera chargé d’une analyse de l’impact social de la cité éducative sur le territoire. En attente de cette évaluation au long terme, ce que nous savons déjà observer, c’est une réelle assiduité des familles dès lors qu’elles se sont engagées dans une action (type formations de parents), et le nombre de partenariats avec les associations et services de la ville pour développer des actions transversales et faire « infuser » la culture Cité Educative dans la ville.

4) Pouvez-vous nous parler du FabLab ? D’où est venue cette idée, et que propose t-il?

Le FabLab est une action en effet importante : elle va réunir le travail du pôle multimédia de la médiathèque, des équipes de l’éducation nationale, puis des associations et acteurs périscolaires qui voudront s’en emparer. L’idée est d’augmenter l’équipement du FabLab basé à la médiathèque, puis de médiatiser son existence et son usage par l’itinérance d’un mini FabLab. Cela implique un programme de formation pour un groupe d’enseignants et de partenaires de la ville (animateurs etc.), afin que ceux-ci puissent accueillir le FabLab sur leurs structures et s’en saisir avec le public. Les possibilités sont ensuite multiples : le FabLab est un prétexte à la rencontre avec l’outil numérique, il permet le réinvestissement ou l’acquisition par le faire de compétences scolaires, son innovation espère attirer un public curieux mais éloigné de la médiathèque, l’action de fabrication peut mobiliser divers publics et notamment des pères autour de projets émanent de l’école etc … 

L’équipement et la formation se veulent donc être des points de départ à des projets partagés entre école, médiathèque, associations et population et l’action de fabrication, un prétexte au développement de connaissances et/ou de compétences : au Repair’Café de la médiathèque, on peut par exemple aller imprimer une nouvelle poignée de frigo et prochainement peut être les nouveaux tuteurs à tomates pour un potager d’école cogéré par les enseignants et parents d’élèves …

Fiche d'identité de la communauté d'agglomérationLe projet en chiffresPour aller plus loin
  • Nom : Lormont
  • Département : Gironde (33)
  • Région : Nouvelle Aquitaine
  • Population : 24 000 habitants
  • Maire : Jean Touzeau
  • Site internet : https://www.lormont.fr/
  • 3 QPV – près de 11000 habitants 
  • 16 écoles / 2 collèges / 3 lycées
  • 2 réseaux REP+
  • 2574 élèves (effectifs rentrée 2019)
  • 925 collégiens (effectifs rentrée 2019)
  • 300 associations lormontaises
  • CE : 20 fiches actions + 3 fonctions support
  • Un plan d’action pour 3 ans

 

L’email a bien été copié

 

L’email a bien été copié