Accès aux soins: les maires de banlieue saluent les préconisations du Conseil National de l’Ordre des Médecins

 

Communiqué de presse Ville & Banlieue

 

 

© Lulu Berlu – Fotolia.com

En proposant de contraindre les nouveaux médecins à s’installer dans la région où ils ont été formés, et de limiter les dépassements d’honoraires, le Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom) marque une avancée importante dans la problématique de l’accès aux soins, que les maires de l’association Ville & Banlieue saluent, ayant eux-mêmes fortement interpellés sur ces points pendant la campagne présidentielle.

[quote align= »center » color= »#4491C7″]Les maires de banlieue sonnent l’alerte sanitaire en banlieue[/quote]

S’alarmant en effet de la désertification progressive des quartiers populaires en matière de médecins et de diversité de l’offre de soins, des dépassements d’honoraires insupportables, des refus de plus en plus fréquents de traiter les bénéficiaires de la CMU,…, les maires de banlieue sonnent l’alerte sanitaire en banlieue. En 2010, près d’1 habitant sur 4 a renoncé à des soins pour des raisons financières, 1 adulte sur 6 n’a aucune couverture maladie et 1 jeune de moins de 18 ans sur 3 est couvert par la CMUC.

Pour combattre ces inégalités sanitaires grandissantes, en banlieue et dans de nombreux territoires ruraux, Ville & Banlieue a milité dans ses 120 propositions pour un engagement national auprès des quartiers populaires, pour plus de professionnels et plus de professionnels formés :

  • création d’un numerus clausus différencié pour ces territoires (accès facilité au métier et financement partiel des études contre un engagement de 5 à 10 ans)
  • stages obligatoires dans ces territoires durant la formation initiale, pour tous les étudiants, intégration dans les cursus universitaires des politiques de santé publiques à destination de ces territoires.
  • mise en place des quotas par spécialité, répartis au niveau national.
  • instauration de vrais parcours de réussite dans le domaine sanitaire pour les jeunes de ces quartiers (intervention de professionnels de santé dans les collèges, cursus d’excellence dans les universités, par des parrainages universités/villes de banlieue). 

[quote align= »center » color= »#4491C7″]La liberté de s’installer des médecins ne peut mettre en danger celle de se soigner ! [/quote]

Si des mesures incitatives notamment financières ont été mises en place, leurs mauvais résultats et la dégradation des conditions sanitaires dans ces quartiers montrent qu’il faut prendre aujourd’hui des mesures plus coercitives. Selon Renaud Gauquelin, Président de l’association, « la liberté de s’installer des médecins ne peut mettre en danger celle de se soigner ! ».

Ville & Banlieue salue donc cette prise de conscience de la réalité de la désertification médicale et de l’urgence sanitaire dans certains territoires, et espère qu’elle sera entendue.

 

Télécharger le communiqué

 

 

Lire également :