Dans les quartiers populaires, la «débrouille» au cœur de la survie